mercredi 16 septembre 2015

Père Prosper


                                                 Père Prosper. Photo publiée dans le journal
                                                      " L'Avenir du Luxembourg " en août 1978





LE PERE PROSPER

« Drôle de bonhomme que ce Père Prosper, un octogénaire qu’on a commencé à voir circuler dans les rues de Liège vers les années 70 et qui, sur un melon noir vert-de-grisé par le temps, affichait en blanc les deux chiffres de son âge. Les années ont tourné, les chiffres aussi : 76,77,78,79 et à présent 80, ce qui laisse donc supposer qu’il est né avec le siècle.
Poussant sa petite charrette qu’il descend des hauteurs de Ste-Marguerite, le Père Prosper est, avec Joseph Malchair, le dernier chanteur des rues de Liège. Sa voix haute et puissante tonne dans les artères paisibles ou par-dessus la circulation, rappelant les refrains de jadis, wallons et français. Dans sa charrette s’accumulent tout ce qu’on veut bien lui donner d’objets hétéroclites ou de vêtements. Il liquide le tout au profit des petits vieux de son quartier. C’est ce qu’il appelle la «  mutuelle du cœur « .
Parfois quand il traverse un quartier paisible et que sa voix fait s’ouvrir les fenêtres, des femmes sortent sur leur seuil et lui donnent la pièce ou le billet. C’est encore pour les œuvres. Le Père Prosper s’est recyclé dans la charité avec autrui. Quand on a quatre fois vingt ans, il montre ainsi qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire.
Prosper Leenders a vu le jour rue Mère-Dieu dans ce quartier de Hors-Château où pullulaient alors les filles de joie au cœur généreux. Il était, tout bambin, le chouchou de ces dames qui l’avaient surnommé li p’tit rossè (le petit roux). Il leur portait chance parait-il. Sa mère, pendant la saison creuse des rudes hivers, se faisait écrivain public et s’occupait de la correspondance de toutes les prostituées de Hors-Château.
(…)
Prosper possède l’art de narrer des souvenirs que la mémoire et l’imagination parent sans doute des couleurs chatoyantes du folklore. «  J’ai accompagné ma mère dans ses tournées avec les cirques Pinder et Kean, raconte-t-il. Elle était écuyère. J’ai parcouru l’Europe toute entière. Je n’avais pas dix-huit ans. J’ai fait tous les cafés de la Batte. Il y en avait bien une trentaine à l’époque. »A Paris, il fit la connaissance d’Edith Piaf et de Maurice Chevalier. Prosper chanta également dans les cinémas, aux entractes. Il vivait en Outremeuse, rue Large, se contentait de peu, de boudin, de chocolat ou de poires cuites. »
                                               Jean Jour «  Personnages populaires liégeois « 


                                                     Cliquez sur les images  !



-  " La Meuse ", vendredi 24 octobre 1969
La vie mouvementée de Papa Prosper Leenders ( 70 ans, 148 rue de Hesbaye), le plus turbulent des Liégeois

-          La Gazette de Liège, mercredi 26 mars 1975
Le père Prosper, le dernier chanteur de rue de liège, nous attend ce mercredi au Palais des Congrès.(…)
Pourquoi suis-je devenu chanteur de rue ? Parce que j’ai peur de la solitude. Mon répertoire est aussi bien wallon que français. Ce sont souvent des complaintes d’antan.(..)
Ce que je vais monter au Palais des Congrès ? Un show sur les expropriations …. Puis de romances du début du siècle … Pendant mon spectacle, je change onze fois de costume. Et je termine, assisté des enfants du quartier de Saint-Séverin, en clown. (…)


-          La Meuse, jeudi 27 mars 1975
Le père Prosper, chanteur de rues, enfant de la balle dès son plus jeune âge, clown dans de nombreux cirque, chiffonnier, brocanteur est aussi père de 12 enfants et 33 fois grand-père, non compris ses arrières petit- enfants, fête son 76 ème anniversaire en donnant un spectacle au profit des aveugles.
Il naquit rue Large , en Outremeuse, ,à trois heures du matin. A cinq heures, enveloppé dans une couverture, il prit la clé des champs dans les bras de sa mère. Il fit deux fois le tour du monde avec des cirques et des troupes de comédiens ambulants. Il fut prisonnier comme vagabond en Espagne. A 12 ans grâce à une baronne, attachée dans un cirque et à la pièce de vingt francs or qui lui donna sa mère, il alla à la conquête de tous les publics du monde.
Avant de vivre seul rue Saint-Séverin à Liège, il avait installé un théâtre privé rue Wiertz à Liège. Il était chanteur ambulant, vendant ses chansons dans les rues et sur la Batte le dimanche matin. (…)
Son show débutait par la chanson «  Prosper youp la boum «  que chanta son ami Maurice Chevalier qui, dit Prosper, a fait une plus belle carrière que moi. (…)

La Meuse, vendredi 1 er août 1975
Les Siciliens du quartier Sainte-Marguerite ont offert un voyage en Italie au père Prosper. En Sicile où il doit, dit-il, représenter le folklore belge à plusieurs manifestations populaires.

-  La Meuse, jeudi 1 août 1974

Les plus grands travaux jamais entrepris à Liège commencent aujourd’hui : premiers coups de pioche à la Place Saint-Lambert (…)
(…)

Pendant ce temps-là, Papa Prosper (74 ans) est parti pour Londres : il passe à la BBC. Il est accompagné de sa petite fille (7 ans) qui est la ballerine vedette de ses spectacles de rue. Le père Prosper vient de succéder à Frère Alfred au sein de la commune de Saint-Pholien-des-Prés. Il a reçu le titre d’ambassadeur itinérant des quartiers «  folkloriquement sous-développés «.




En 1983


Décès de papa Prosper en juillet 1992



En bonus :
1.
1. un merveilleux film sur Liège où vous pouvez retrouver le père Prosper, le frère Alfred, Titine, Mr Malchair, les Olivettes, etc ...

http://www.dailymotion.com/video/x15f24q_liege-la-populaire_people


2. 3 minutes 52 avec papa Prosper en 1977 :

http://www.sonuma.be/archive/papa-prosper-et-les-figures-de-li%C3%A8ge

3. Liège : 1900 - 1940 :


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Du journal " L'Avenir du Luxembourg ", mercredi 8 janvier 1975







Merci aux journaux " La Meuse ", " La Gazette de Liège " et  " L'Avenir du Luxembourg "  !
Merci à tous ces journalistes anonymes  !
Merci à la bibliothèque Albertine de Bruxelles  !

6 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour je suis le petit fils de Prosper pourriez vous orthographier son nom de famille convenablement c'est LEENDERS et non LENDERS.
    Je vous remercie d'avance pour cette correction.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui qui êtes vous ? Je suis son arrière petite fille moi

      Supprimer
  3. Bonjour,

    Je cherche des infos sur une chanteuse de rue. C'était l'arrière grand mère de mon mari. Son prénom est Mathilde mais l'orthographe du nom de famille me pose problème, ce doit être Wormelhoff ou Vormelhoff. Elle est décédée au Val d'or dans les années 1960. Pouvez-vous me donner quelques renseignements la concernant? Je souhaite faire un album de famille. Merci.

    Véronique Herman-Targnion
    targnionvero@yahoo.fr

    RépondreSupprimer
  4. Désolé, mais je n'ai aucune information sur cette chanteuse.
    Peut-être dans la première vidéo sur les Olivettes.

    RépondreSupprimer